CIEBP Centre d'Information sur l'Education Bilingue et Plurilingue

Activités et buts du CIEBP

Le C.I.E.B.P. - Centre d’Information sur l’Education Bilingue et Plurilingue -
a vu le jour d’abord comme C.M.I.E.B. (Centre Mondial d’Information sur l’Education Bilingue) dès 1968, lors de la Conférence Mondiale de Royan (France), organisée par la Fédération Mondiale des Villes Jumelées (F.M.V.J.), sous le patronage de l’UNESCO. En 1975 il s’est constitué en Association de droit français (loi 1901).

Le C.M.I.E.B. (son sigle quand il était Centre Mondial) a connu un essor international remarquable, préconisant l’acquisition précoce d’une deuxième langue dès le plus jeune âge et essayant d’encourager ce type de promotion linguistique dans le réseau de relations, d’échanges et des jumelages effectués sous l’égide de la F.M.V.J. En tant que Centre ‘mondial’ il a suivi la réussite et le déclin de la Fédération même.

Son premier président fut M. André Martinet, professeur émérite de l’Université Descartes - Sorbonne de Paris, à qui succéda en 1993, Mme Andrée Tabouret-Keller, professeur émérite de l’Université Louis Pasteur de Strasbourg et membre du groupe d’étude du plurilinguisme en Europe à l’Université Marc Bloch de Strasbourg.

Depuis 1980 il a son siège à Aoste (Italie) où il bénéficie des financements assurés par une loi du Conseil Régional. Actuellement il est géré par un conseil d’administration de 17 membres, dont 7 résident en France, 9 en Italie et 1 en Suisse.

Récemment, devenu C.I.E.B.P. (Centre d’information sur l’éducation bilingue et plurilingue), le Centre s’est donné de nouveaux Statuts, dont l’article 2 réaffirme : «Cette association a pour but d’étudier les modalités de réalisation de l’éducation bilingue et plurilingue, d’en porter témoignage et d’en diffuser des informations, tant dans sa dimension pédagogique que dans ses rapport avec le milieu social. Il s’agit de relier les questions relatives aux sociétés multilingues, et plus particulièrement de l’école bi- ou plurilingue, aux contraintes et aux libertés – linguistiques, culturelles, politiques – que chaque société connaît face à l’éducation et à la formation de ses enfants et de sa jeunesse, en tenant compte des réalités socio-linguistiques complexes des Etats contemporains ainsi que des nouvelles institutions supra-étatiques. Elle entend défendre les moyens d’expression des hommes à tous les niveaux, des dialectes aux langues universalisées, pour permettre une meilleure compréhension des peuples et leur enrichissement réciproque».

Les manifestations qui avaient caractérisé ses premières décennies d’activité, telles que les rencontres et les conférences internationales, les tables rondes, les séminaires de formation, etc., ont été progressivement prises en charge par les pouvoirs locaux, les universités et d’autres organismes internationaux, comme le Conseil de l’Europe. Le C.I.E.B.P. a donc réorienté ses activités vers deux actions principales :

home page